Ce fut un début de réponse à mon besoin boulimique de parcourir en long en large et surtout en travers, cette foutue contrée saturée de tarés. Remonter autant que faire se pouvait, aux racines du mal de la musique et de la littérature américaines... (voyage au bout de l'envers)
Ce sont les rois du marketing. Le produit est pourri ? Pas de problème, l’emballage saura lui donner une certaine dignité. L’Angleterre, c’est le pays de l’illusion, tout dans l’image, le tape à l’œil : Un pays de magiciens… Un pays d’assureurs aussi. En ce moment il y a des réclames pour assurer votre chat, votre chien et même votre lapin. Il y a des gamins qui crèvent la dalle et qui ne savent même pas ce que signifie le mot assurance et nous assurons des chiens...
ce "petit bout de femme" est à elle seule une folie contagieuse, doublée d’une une invitation à s’exploser au monde !
C’est le lendemain matin que nous avons pris la direction du sud ouest par la route n°14, jadis empruntée par John Fante et son chien stupide. « La route de Los Angeles » que je m’étais juré de suivre en dévorant ses livres...
Tu veux revoir les Monty Python ? Tu vas au pub. Le mien c’était The Swan, le Cygne. La patronne, Jenny, une vraie mère pour tous les saoulards du quartier. Avec sa chevelure longue jusqu’aux fesses, son sourire radieux et ses longues mains fines, elle faisait vivre son pub, le seul lieu en Angleterre à conserver le peu de tissu social qu’il reste...
Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Et tout le monde il espère que vous êtes arrivés jusqu’ici pour claquer vos liasses de dollars en faux souvenirs amérindiens...
On traverse le Puy-de-dôme en écoutant un morceau de Sacha Distel « La belle vie », ce morceau est génial, le sentiment d'être décontracté en roulant sereinement vers la fin du monde avec deux potes. Si ça ressemble à ça la fin du monde, c'est pas si pire…
Berry Gordon a créé la Motown avec un esprit d'entreprise et plein d'audace. Le nom de cette fabrique musicale à succès est à jamais associé à la capitale mondiale de la bagnole. C'est la face dorée de l'Amérique industrielle et raciste des années 1960-1970...
Sociologues du monde entier, venez, la société italienne montre des facettes habituellement cachées... Ou alors attendez un peu, ça va arriver près de chez vous...
Triste époque, sans mémoire. La tolérance zéro portée au firmament de l’ambition politique, les barbelés de Schengen comme unique horizon panoptique. D’où l’envie de relire inlassablement Balkans Transit, le magnifique essai sous forme de road trip de François Maspero...
Alors oui, le beaujolais n’a pas toujours été digne d’intérêt. Mais voilà, comme dirait Bob le hippie : les temps changent...