Il y a des percussions, toujours. Ça se passe plutôt au niveau du bassin. La transpiration d’une sincérité sans cliché. On enchaîne un vieux calypso caribéen et la crête actuelle des rappeurs ghanéens de Fonkn Bois. Il y a du Brésil et du Gwoka, du speed malgache et des bergers peuls.