Une histoire de diva à l'opéra, rien de plus conventionnel. Sauf que celle-ci traverse les siècles sans prendre une ride. Venez découvrir son secret à l'Opéra de Lyon avec cette belle mise en scène de l'œuvre de Leos Janacek.
Beaucoup de bruit pour rien, disait Shakespeare. Berlioz montre qu'au contraire il y a matière à belle musique dans l'histoire de Béatrice et Bénédict, ennemis jurés mais amoureux l'un de l'autre.
Lisa renonce à se marier au prince Eletski et lui préfère Herman, éperdu d'amour pour elle. Mais sa grand-mère la Dame de Pique va truquer les cartes, sur fond d'impérialisme russe, passé comme contemporain. Une éclatante réussite du metteur en scène Timoteï Kouliabine à l'Opéra de Lyon.
Employée modèle, Sylvie Meyer a fini par dire non, et ça a laissé du sang sur les murs de sa boite. Il n'est pas si fréquent que l'opéra traite d'exploitation capitaliste patriarcale, raison pour ne pas louper Otages de Sebastian Rivas.
Saloon, chevauchées, poker, coups de revolver, shérif, indiens et bandits… C'est un véritable western que propose Puccini. La Fille du Far West parviendra-t-elle à repousser les avances des chasseurs d'or ? Prenez la prochaine diligence jusqu'à l'Opéra de Luon pour le savoir.
Cette version, mise en musique par Offenbach, de l'histoire du fameux mari meurtrier multirécidiviste se veut comique mais sent son Second Empire à plein nez. Heureusement, la mise en scène de Laurent Pelly dynamite et rajeunit l'ensemble pour en faire un plaisant moment de musique.
Le prophète Elias tente de ramener le peuple d'Israël sur le chemin de la vraie foi et, même avec l'aide d'un ange, c'est un gros boulot. L'oratorio de Mendelssohn inspiré de l'Ancien Testament propose une bien belle musique, qu'on soit croyant ou mécréant.
Venue du monde des esprits, l'Impératrice n'a pas d'ombre et, aidée par sa nourrice, souhaite en acheter une d'occase à la femme du teinturier Barak. Un conte tout en humanité, sur une musique de Strauss et un livret de Hoffmannsthal, à savourer à l'Opéra de Lyon.
Deux interprétations d'une même œuvre dans la même soirée, c'est la formule originale que propose Andriy Zholdak avec ses mises en scène successivement sobre et débordantes du Château de Barbe-Bleue de Bartok. Attention en ouvrant la porte…
Melisande n'est pas heureuse. En tout cas pas avec Golaud. Davantage avec Pelléas. Mise en scène allégée, orchestre réduit, décors sobres : l'opéra de Debussy s'adapte au mieux à une forme plus théâtrale et y gagne une modernité inespérée.
Le metteur en scène Tobias Kratzer donne une modernité puissante à l'opéra de Rossini en la transposant au sort des réfugiés parqués dans des camps. Quand le passage de la mer Rouge métaphorise celui de la Méditerranée…
Fausse légèreté et fausse candeur en cette fin d'année à l'Opéra, qui propose un Candide de Bernstein grinçant. Guerre, inquisition, viol, intolérance et vérole sont bien au programme pour nous souhaiter une belle et heureuse année 2023 !