POPCORN

 

 

Bon, bah puisque personne n’en parle ici, j’ai compris, je vais le faire, j’ai l’habitude… Bon, alors, moi qui me suis mis à lire des romans que récemment (non pas que je ne lisais pas, mais plutôt des bios, ou bien des fanzines etc…) j’aurais préféré me lancer dans la chronique littéraire. Mais bon, manifestement, ça va me suivre pendant un moment : je vais vous parler de musique. De punk. Mais sous forme de livre, attention c’est du sérieux. J’avais peur de l’acheter, j’avais peur que la patte des auteurs de ce livre soit trop présente et que ce soit un peu hors sujet, c’était bien sous estimer leur talent, désolé les gars. Ce livre n’est que témoignages enchaînés les uns après les autres, par époque, par thème etc.  Tout est logique, y’a même du suspense à des moments, de l’émotion sur la fin, bref, ce livre est une vraie réussite.

Merci Féfé qui me l’a prêté une fois l’avoir dévoré en 3 jours. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter aussi. Bien plus qu’un livre sur les Burning Heads, c’est le portrait de toute une scène française des années 90’s, indépendante, noise… appelez la comme vous voulez, peu importe. Quand je dis « scène », je parle pas seulement des groupes mais des orgas de concerts, des fanzines, des illustrateurs, des radios, des labels etc… on a l’impression que rien ni personne n’a été oublié. Ce bouquin a dû être un travail de dingue. Plus de 500 pages quand même et tout est traité à la fois avec intelligence et honnêteté, sans que l’on oublie cette coolitude légendaire des Burning Heads. Depuis les débuts et encore aujourd’hui, autant à l’aise dans une grande salle que dans un squatt, de Fnac Music à l’autoproduction en passant par Epitaph, Pias ou même Sony, à aucun moment les Burning Heads ne semblent bouffer à tous les rateliers, tout est assumé, expliqué, fait au feeling, à la rencontre. Un putain de bouquin d’un putain de groupe. Je vous passe les anecdotes et autres mystères résolus comme celui du titre de l’album de Headcleaner « The head of the next one », ce livre est un trésor.

Mais surtout, surtout ce livre m’a permis d’aller découvrir (en vrai c’est encore Féfé qui m’a conseillé d’aller écouter ça) le split Burning Heads / Vulgaires Machins. La voix de Pierre colle tellement bien au français, c’est vraiment mortel. Quel chanteur quand même… j’écoute énormément ce disque en ce moment. Encore plus que la langue française qui va bien aux Burning Heads, ce sont les paroles des Vulgaires Machins qui sont top. Mélange parfait. Je me suis dit que j’étais vraiment passé à côté d’un truc mais en fait, je suis allé écouter les canadiens et leurs versions sont vraiment trop clean pour moi, les voix sont vraiment trop « variété », pour moi ils ont oublié la hargne du punk. Comme si ils et elles savaient en jouer mais ne savaient pas pourquoi ils et elles le faisaient… Les morceaux sont hyper bien joués, hyper bien composés, mais j’aime seulement les versions des Burning. Pareil pour les morceaux des Burning repris par les Vulgaires Machins, j’aime que les version des Burning. Bref, fans des Burning ou pas, achetez ce livre ou au moins allez écouter ça :

https://burningheads.bandcamp.com/album/cross-the-bridge

 

(c) Difer Kainzow

 

Livre dispo ici :

https://metrobeach.fr/heyyou/

Pour les lyonnais, y’en a à Dangerhouse !

Darbi Sex