Chroniques d’Afrique Décembre 2014, je pars au Burkina Faso rejoindre une amoureuse. En pleine insurrection. Pendant mon séjour, j’apprends par la radio l’attentat contre Charlie Hebdo. S’ensuit un road-trip hivernal de cinq semaines, dont je ne suis jamais vraiment revenu. Lyon 2019 Ce soir, les relents un peu nauséeux d’une certaine Afrique viennent me chatouiller les narines. J’ai du mal à atterrir. Chaque matin, je me réveille d’une course effrénée dans la brousse, surpris d’être dans un lit aussi confortable. Le peu de patience qui m’habitait est resté sur la route de Bobo et mes voisins X-roussiens me cassent un peu les couilles avec leurs problèmes existentialistes à base de légumes bio. Passons. Je n’ai rien retenu des paysages ni du climat du Burkina, à part cette putain de poussière qui fait moucher rouge. Mais les hommes, les femmes que j’ai croisés… Nous buvons de la bière de mil, au…Continue Reading
Dans Je suis souterrain / Going Underground, Le Zèbre propose quarante ans d'histoire de la scène underground lyonnaise ! Une sélection (forcément subjective) de 40 groupes à (re)découvrir en photo et en texte.
Dans Je suis souterrain / Going Underground, Le Zèbre propose quarante ans d'histoire de la scène underground lyonnaise ! Une sélection (forcément subjective) de 40 groupes à (re)découvrir en photo et en texte.
« tiens, tu ne connais pas un espace où on pourrait accrocher 200 sérigraphies ? »
Triste époque, sans mémoire. La tolérance zéro portée au firmament de l’ambition politique, les barbelés de Schengen comme unique horizon panoptique. D’où l’envie de relire inlassablement Balkans Transit, le magnifique essai sous forme de road trip de François Maspero...
Une œuvre potache et potagère pour bien finir l'année et commencer la suivante à l'Opéra de Lyon. Les radis sont très réussis, les betteraves rondouillardes et Carotte médiocre et grotesque, comme Marx le disait du contemporain Napoléon III. Ça se laisse déguster comme un navet du dimanche soir, dans la bonne humeur et sans risque de céphalée.
Lors de ses vœux à la nation du 31 décembre 1967, le général de Gaulle convoquait Verlaine : "la vie est là, simple et tranquille". Au mois de mai suivant, la vitalité était certes là, la tranquillité un peu moins. Comme quoi l'histoire n'est jamais écrite d'avance…
Lerangdhonneur, c’est… comment dire… un regard d’enfant planté dans une carrure d’ours, tendance Grizzli. Une bière en guise de pot de miel, je le retrouve dans un bar de la X-Rousse pour évoquer son travail artistique : les ours en plâtre, dont une bonne partie proposée à l’adoption. Au-delà de ces ours-trop-mignons qui envoient aux passants un hypnotique message subliminal, se noue une relation toute particulière de lerangdhonneur à l’altérité du nomade urbain. Once upon a time…