Le Covid 19 n’est pas le VIH. Ses modes de transmission, ses populations les plus fragiles, ses réponses thérapeutiques ou sa létalité sont distinctes et appellent des réponses sanitaires très différentes. Reste qu'il y des leçons à tirer de 40 ans de lutte contre le sida pour éviter la régression tant sanitaire que politique que semble annoncer le combat contre le coronavirus.
Nous avons beau être rationnels et scientifiques, rétifs à toute superstition, prompts à nous gausser des médailles du saint curé d’Ars, croix Vitafor et autres amulettes, quelque chose en nous voudrait croire que quelque rite bien exécuté permettrait de juguler l’épidémie. The Wicker Man, film anglais de 1973 qui traite de sacrifices humains contre les mauvaises récoltes, pourrait nous offrir des pistes…
La période actuelle rappelle étrangement le début des années 40 : contrôle des laisser-passer, appels au couvre-feu, restriction du déplacement, crainte du rationnement et queues à l’entrée des commerces… Et, bien sûr, retour à une pratique à grande échelle de la délation...
La Maison n’est pas un livre sur la prostitution à Berlin. C’est un livre de et sur Emma Becker, une jeune femme engagée dans une carrière d’écrivain qui a imaginé et réalisé une expérience littéraire inédite : devenir prostituée pour en écrire le récit.
Lors de ses vœux à la nation du 31 décembre 1967, le général de Gaulle convoquait Verlaine : "la vie est là, simple et tranquille". Au mois de mai suivant, la vitalité était certes là, la tranquillité un peu moins. Comme quoi l'histoire n'est jamais écrite d'avance…
Le pire cauchemar de Laurent Wauquiez ? Il est forcé de suivre Judith Butler dans une interminable et épuisante balade, au cours laquelle elle lui explique longuement et doctement que la famille hétérosexuelle patriarcale n’est pas une fatalité…
La situation du groupe religieux considéré à un moment de son histoire influe largement sur ses inclinations — raison pour laquelle le protestant est généralement plus sympathique dans les Cévennes qu’à Belfast ou dans le Midwest...
Karen Dalton était une chanteuse qui se produisait au tout début des années 1960 dans les cafés de Greenwich Village. Elle s’accompagnait au banjo, chantait les yeux fermés et était reconnue comme l’une des plus belles voix de scène folk de l’époque. Une BD de C. Rassat et A. Rousse évoque son parcours.
Il suffit d’arriver cinq minutes avant l’ouverture des portes de la bibliothèque de la Part-Dieu pour percevoir combien celle-ci est plus et autre chose qu’une institution où l’on consulte ou emprunte des bouquins. Gratuites et accessibles sans condition, elles offrent un dernier refuge à celleux qui en ont besoin.
Donizetti rencontre les Monty Python et Laurent Naouri reçoit une ovation pour le talent qu'il met à chanter faux. C'est Viva la mamma ! à l'Opéra de Lyon jusqu'au 8 juillet.
Admète agonise mais son épouse Alceste est prête à se sacrifier pour le faire revenir chez les vivants. C'est l'amour conjugal que célèbrent Gluck et l'Opéra de Lyon dans une mise en scène inventive et une interprétation élégante.
Isolde se trompe de philtre et batifole avec Tristan dans une forêt d’armures, avant de mourir dans un ultime chant extatique. Le vaudeville féodal de Wagner se sublime dans la mise en scène historique de Heiner Müller que l’Opéra de Lyon réédite jusqu’au 5 avril.